CONSIDÉRATION DE L'ANIMAL

Selon un sondage réalisé par IPSOS pour la Fondation 30 Millions d’Amis, plus d’un français sur deux possèdent un animal de compagnie et ils sont 90% à considérer qu’il fait partie intégrante de la famille. 

L’animal est devenu une préoccupation sociale suffisamment forte pour que le législateur s’interroge aujourd’hui sur une nouvelle définition de son régime juridique. A l’heure actuelle, le Code civil ne considère pas les animaux comme des êtres vivants mais comme des « biens meubles » capables de se mouvoir d’eux-mêmes, voir comme des « immeubles par destination ». Cette définition, établie en 1804, est le reflet d’une société où l’animal, notamment de compagnie, ne bénéficiait pas de la même attention que celle qui lui est désormais apportée. Dans une France essentiellement rurale, les animaux étaient envisagés à cette époque sous l’angle utilitaire, comme une force agricole. 

Même notre droit pénal et notre droit rural ont déjà franchi un pas. Le premier indique depuis plusieurs années que « tout animal est un être sensible et doit en conséquence être traité comme tel ». Le second a délibérément placé la plupart des infractions à l’encontre des animaux en dehors de la catégorie des infractions contre les biens et réprime sévèrement, depuis la loi du 6 janvier 1999, les sévices et actes de cruauté perpétrés à leur encontre.

                                                                                                                                           source 30millions d'amis 

Réagir


  • CAPTCHA

Rechercher sur le site

COMMENT NOUS AIDER ?

LES CHATS ADULTE A ADOPTER

LES ADOPTES 2017

LES CHATONS

LES ADOPTES 2016

NOS HANDICAPES , FIV ceux qui ne seront pas adopté

LES ADOPTES 2015

LES SAUVAGEONS OU CRAINTIFS

LES ADOPTES 2014

Partie trop tôt

LES ADOPTES 2013

LES DROITS DE L'ANIMAL

BOUTIQUE EN LIGNE

DOSSIER PRESSE

NOS ANIMATIONS

RECHERCHE COVOITURAGE

NOS PARTENAIRES